Un Véto    …..

Pour quoi faire ??

Disponible 24H/24 et 7jours/7 ?

 

Vous venez d’acquérir un animal de compagnie ou bien vous en avez déjà un qui n’a jamais eu besoin d’un vétérinaire !! 

 

Alors, finalement, chez un vétérinaire, pourquoi s’y rendre alors que votre compagnon à 4 pattes n’est pas malade ? 

 

Au cours de son cursus de 6 ans à l’université, le vétérinaire étudie la physiologie et le métabolisme de l’animal en bonne santé avant d’aborder les maladies et leurs traitements (médicamenteux, chirurgicaux,…) pour le guérir. Comme le fait l’étudiant en Médecine Humaine, il a donc étudié l’anatomie, la physiologie, la biochimie, la pharmacologie, la chirurgie, l’alimentation, la reproduction mais aussi le comportement psychologique, l’éthologie, etc. …

 

Une fois diplômés, les Vétérinaires qui choisissent d’exercer la médecine générale des animaux de compagnie, vont généralement parfaire leur formation pratique dans des cliniques ou des cabinets bien établis avant de se lancer dans la vie professionnelle proprement dite.

 

Certains, décident d’emblée de se spécialiser dans des domaines comme l’imagerie médicale, la chirurgie, l’anesthésie, la dermatologie, la cardiologie, l’ophtalmologie, la nutrition, l’obstétrique et j’en passe... Ces formations post universitaires comportent parfois plusieurs années et souvent complétées par des stages dans des universités à l’étranger ou des cliniques vétérinaires.

 

Qui d’autre qu’un Médecin vétérinaire, peut donc s’assurer que votre compagnon est en bonne santé et si ce n’est le cas, le soigner ? Qui d’autre que lui peut vous dire ce dont votre compagnon a besoin pour être bien dans sa peau, en bonne santé et heureux de vivre? 

 

Comment se passe une consultation ? 

 

Elle se déroule soit sur rendez-vous, soit en « consultation libre », comme chez les médecins.

Le vétérinaire va d’abord remplir un dossier clinique afin de pouvoir suivre l’historique de son patient au cours de sa vie, mais aussi pour répondre à certaines obligations légales.

A cette occasion, il pourra vous poser un certain nombre de questions sur ses habitudes de vie, son alimentation et sur ce qui ne va pas  si votre compagnon est malade. Cela s’appelle une «  Anamnèse ».

 

Lors d’une première consultation, il pourra vous donner une série d’informations et de conseils pour lui assurer une vie sans soucis, lui éviter des  maladies ; mais aussi pour vous protéger de certaines maladies transmissibles à l’homme que l’on appelle des « zoonoses ». 

Ainsi, il vous vous donnera des conseils pour nourrir votre animal au mieux de son intérêt mais aussi pour bien le vermifuger et le protéger des parasites externes comme les puces ou les tiques principalement. 

Il pourra aussi, vous parler des « grossesses » désirées ou non, des pathologies mammaires, des problèmes aux glandes anales, du tartre dentaire ...

Puis, il va l’examiner consciencieusement passant en revue tous les systèmes (digestif, respiratoire, circulatoire, urogénital, neurologique, etc. …) 

C’est ce que l’on appelle un examen clinique de routine.

   

Voilà pourquoi une simple consultation peut prendre du temps …!!

Au cours de cet examen de routine, il arrive de déceler des maladies, des tumeurs, des problèmes de peau que vous n’auriez jamais soupçonnés !!!!

Si votre animal est malade, il va ensuite se concentrer sur ce qui ne va pas. 

  • Soit il va pouvoir poser un diagnostic immédiatement, et proposer un traitement adapté.

  • soit il va devoir mener une véritable « enquête » avant de pouvoir poser son diagnostic  et proposer le bon traitement.

Cette investigation peut nécessiter des examens complémentaires ou le passage chez un vétérinaire spécialisé dans un domaine particulier.  

En effet, comme en médecine humaine, comment poser un diagnostic de diabète, de leucémie, de leucose féline, de leptospirose, de calculs à la vésicule biliaire, sans examens complémentaires comme une prise de sang ou une imagerie médicale ? Toujours comme en médecine humaine, certains cas nécessitent l’avis ou l’intervention d’un spécialiste. (Gynécologie, endocrinologie, cardiologie, ….)

 

Les examens complémentaires les plus courants : 

  1. La prise de sang : 

  • Pour certaines recherches un petit laboratoire au cabinet peut suffire.

  • Pour des recherches plus complexes, le sang est envoyé dans un laboratoire externe au sein duquel un vétérinaire spécialisé peut épauler son confrère pour interpréter certains résultats.

  1. .L’imagerie médicale (radiographie, échographie, scanner, …) : 

  • Certains vétérinaires effectuent, dans leur cabinet, une radiographie ou une échographie.

  • D’autres préfèreront demander à un spécialiste de réaliser cet examen s’ils estiment avoir besoin de matériel, de  compétences ou d’une expérience qu’ils ne possèdent pas. 

 

Les Vétérinaires spécialisés souvent consultés : 

  • Les Radiologues

  • Les Dermatologues

  • Les Ophtalmologues

  • Les Comportementalistes 

  • Les Chirurgiens spécialisés    (orthopédistes,..)

Le vétérinaire est formé pour pouvoir intervenir chirurgicalement dans la plupart des cas mais certaines chirurgies demandent du matériel ou des compétences qu’ils n’ont pas suffisamment . Certains vétérinaires, par choix personnel, n’incluent pas la chirurgie dans leur pratique courante. 

  • Vétérinaires spécialisés en médecine des NACS (Nouveaux Animaux de Compagnie comme les lapins, hamsters, furets, tortues, iguanes, …)

  • Nutritionnistes, vétérinaires spécialisés en reproduction, etc.…..

Alors que nous, vétérinaires, avons conscience de nos limites en référant à d'autres vétérinaires plus spécialisés, ne cessons de nous recycler malgré nos 6 années de médecine à l'université; de plus en plus de profanes ayant suivi quelques we de formation s'auto proclament "comportementalistes", "ostéopathes", " "dentistes équins",..ils occasionnent plus de dégâts qu'autre chose par manque de compétence , appliquent souvent des tarifs prohibitifs et c'est finalement l'animal qui paye le prix fort quand ce n'est pas le prix de sa vie . Ces profanes sont systématiquement poursuivis par l'ordre des Médecins  vétérinaires qui les envoie devant les tribunaux pour exercice illégal de la médecine . 

 

 

Au fond, un Vétérinaire, est-ce quelqu’un qui est disponible à tout instant, 24h/24 ; 7 jours / 7 ; assis à son bureau dans l’attente d’un client ou quelqu’un qui ne travaille que pendant ses consultations et ses chirurgies?

 

Ni l’un, ni l’autre !! 

La journée type d’un vétérinaire commence tôt, voire même très tôt.

Elle va comporter des chirurgies, des consultations sur rendez-vous, des visites à domicile, des consultations de fin de journée, des urgences, des demandes d’informations par téléphone et une administration qui prend de plus en plus de temps ; mais aussi des moments consacrés à la gestion, à recevoir les délégués et lire la documentation  médicale qu’il reçoit quotidiennement. Sa journée ne se terminera pas avant 20h-21h, voire bien plus tard. 

Cela 5 à 6 jours sur sept.

Sans compter une urgence qui va se présenter à 22h ou en pleine nuit.

 

Une ou plusieurs soirées par semaines peuvent, en outre, être occupées par des réunions professionnelles, ou des formations. Le code de déontologie impose, à raison,  au vétérinaire de se recycler régulièrement.

Certains vétérinaires travaillent aussi le samedi et sont joignables 6 jours (parfois 7) sur Sept. 

Enfin, d’autres, participent à des rôles de garde régionale certains week-ends afin de permettre à ses consœurs et confrères de profiter un peu de la vie.

 

Dans toute cette effervescence professionnelle, le vétérinaire a parfois beaucoup mal à « caser » sa  vie familiale et sociale

Pourtant, avoir une vie personnelle satisfaisante est le meilleur garant de la qualité que le vétérinaire pourra offrir ensuite à ses petits patients poilus.

 

Ne lui en veuillez donc pas s’il n’est pas toujours disponible exactement au moment où vous l’êtes comme par  exemple le soir à 20 h pour castrer votre chat parce qu’en journée vous travaillez, ou le dimanche midi pour lui demander un conseil ou un rendez-vous pour la semaine !

 

Pour être complet, il faut que vous sachiez aussi que les honoraires chez les vétérinaires, sont les plus bas parmi toutes les professions libérales, tant en Belgique qu’en France.

Les charges sont astronomiques, les heures de travail administratif imposé par les ministères sont de plus en plus nombreuses, non rémunérées et les formations sont payantes (souvent plusieurs centaines d’Euros voire même parfois des milliers d’euros).

Pourtant, pratiquer une bonne médecine demande du matériel onéreux, des formations régulières, loin d'être gratuites et de travailler malgré tout avec du matériel et des médicaments de qualité même si ces derniers augmentent sans cesse.

Pratiquer une médecine vétérinaire humaniste implique, aussi, bien des sacrifices financiers de la part du vétérinaire.

 

Les jeunes qui se lancent dans cette profession dans l’espoir de devenir « riches » ou de vivre confortablement « tombent » généralement de très très haut lorsqu’ils découvrent ces tristes réalités !

Peu de personnes, en dehors de cette profession, accepteraient, dans ces conditions, un salaire aussi bas pour une telle responsabilité et un tel nombre d’heures de prestations et de disponibilité . 

 

Vous en savez, maintenant, un peu plus sur cette profession qui relève, vous l’aurez compris, plus d’une passion ou d’un sacerdoce qu’autre chose! 

 

                                                     

                                                 

Dr  Harald  Berge